• passe-feu

      




    Place de la Bastille, la Colonne de Juillet commémore les Trois Glorieuses 




    si les trente glorieuses sont bien connues car toutes proches, on parle peu des trois glorieuses de 1830 qui mirent fin à la Restauration pour démarrer la monarchie de juillet qui, née d'une émeute finit à la suivante, en 1848




    ces 3 jours de révolution parisienne, en juillet 1830, motivés par les 4 ordonnances de St Cloud qui venaient encore restreindre des libertés républicaines déjà mal en point , mirent fin au règne de Charles X qui abdiqua




    désormais, il est décrété que la succession royale ne peut s'établir selon l'ordre naturel (de père en fils) mais par choix populaire




    c'est ainsi que Louis Philippe 1er devint Roi des Français




    une anecdote amusante (fable, dirons certains) tirée des Souvenirs d'un médecin de Paris du Dr Poumiès de la Siboutie




    Cela se passe durant ce troisième jour d'insurrection populaire  le jeudi 29 juillet 1830, au matin.




    Le Dr Poumiès de la Siboutie se trouvait sur le quai Malaquais.




    Il n'y faisait pas bon. Toutes les fenêtres et terrasses du Louvre étaient garnies des Suisses de la garde tirant sur les groupes qui se formaient. C'était le dernier effort de la défense, qui, vers midi, fut forcée de capituler et d'évacuer ce poste suprême.




    "Je vis là, une chose incroyable qui eut pour témoins plus de deux mille personnes. Un homme d'une cinquantaine d'années déboucha sur le quai Voltaire par la rue de Beaune. Il était proprement vêtu, tenait un livre à la main dans lequel il paraissait lire fort attentivement ; il traversa le quai d'un pas lent, gagna le trottoir qui longe le parapet du quai et se dirigea vers le pont des Arts. Il devint le point de mire des Suisses qui lui tirèrent plus de deux cents coups de fusil. Rien ne put le distraire de sa lecture : il était sourd à nos cris comme il était indifférent aux coups de feu. Nous le suivîmes des yeux longtemps ; il arriva à la rue de la Seine, dans laquelle il entra sans avoir reçu la moindre blessure."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :