• je ne lancerai pas vraiment le débat, trop lourd en ce début d'année





    mais les commentaires des Etats européens  ainsi que ceux que l'on peut lire un peu partout dans les journeaux sur les sites et les blogs, à propos de l'exécution de Sadam Hussein, témoignent la plupart du temps, d'une certaine facilité qu'il y a à être hostile à la peine de mort quelle que soient le criminel, ses crimes et les circonstances





    chacun brandit  cette position comme si elle témoignait d'un esprit juste et libre, bravant les opinions, alors que dans nos pays, elle ne m'apparait maintenant que comme une simple convention, une rigidité de l'esprit, un refus d'emprunter les multiples chemins de l'intelligence et du sentiment



    quand les blancs cesseront de se blanchir, on pourra peut-être oublier la couleur de la peau et des âmes





     





     


    votre commentaire
  •  http://www.sdk.hacettepe.edu.tr/resim.html



    cette année 2007, je vous la souhaite meilleure que la précédente




    c'est à dire, davantage de moments d'exception, de moments qui comptent pour vous, même si c'est juste un éclair de lumière chopé l'on ne sait comment entre fromage et dessert, entre jour et nuit, boulot et loisir, amour et haine, ou n'importe quoi et n'importe où




    tous mes voeux à tous !  



     




     


    5 commentaires
  • Noël devrait éveiller les souvenirs, les grandes réunions familiales, les dîners forts en couleur et en goût, les cadeaux, ceux que l'on reçoit, ceux que l'on offre...




    Nos réveillons sont comme ceux de nos parents, réduits à un cercle familial étroit, parents+enfants en ligne directe, pas d'aïeux, pas d'oncles, de tantes ni de cousins, et pourtant tous ceux-là existent ou existaient en des temps encore proches. Pas d'amis non plus. Un repliement sur nous-mêmes que nous voulons festif cependant. Un sapin, des décorations, une table bien faite et des paquets enrubannés pour les enfants car très souvent nous nous sommes oubliés, probablement parce que nous considérons que lorsqu'une grosse envie d'objet nous prend, nous pouvons la satisfaire mais aussi et surtout parce que notre désir des choses matérielles déjà faible, est usé encore par notre métier de commerçant.





    Cette année, cependant, j'ai initialisé une rupture. Aucun de nos enfants n'a su nous formuler vraiment ce dont ils avaient envie dès lors où je leur ai demandé d'avoir des choix modestes car il nous fallait redresser une situation financière que nous avions laissé se détériorer ces derniers mois. Alors, déjà peu disponible pour me balader parmi les vitrines et attendre l'achat inspiré, plutôt que de leur prendre n'importe quoi, je n'ai carrément rien offert, justifiant aussi cette décision par leur laisser-aller quotidien qui m'insupporte de plus en plus.




    Après quelques semaines un peu soucieuses passées à vendre et empaqueter les cadeaux de mes clients, j'avais malgré tout fini par me libérer de toute culpabilité vis à vis des miens d'autant plus que je sens se réveiller en moi, de vieilles idées d'aide humanitaire auxquelles j'aimerais consacrer un peu de temps et d'argent...




    et puis là, le désastre en plein lendemain de réveillon, ne voilà-t-il pas que nos enfants se sont cotisés pour nous offrir un nouvel appareil de photo numérique et son imprimante assortie !








     


    votre commentaire

  • en revenant d'Espagne, chaque fois, nous sommes tristes de regagner un territoire où sans cesse nos libertés sont menacées et nos droits bafoués

    les Espagnols nous demandaient si l'on pensait que l'extrême droite gagnerait aux prochaines élections
    nous répondions que même si c'était le cas, ce serait davantage un vote d'opposition à la politique aujourdhui menée mais que le fascisme ne passerait pas
    et nous nous regardions tous en chiens de faïence
    car ainsi que le murmurait leun d'eux, doucement pour ne pas nous heurter
    "un autre régime de coercition ne s'est-il pas déjà installé à nos dépens ?"

    votre commentaire
  • hier, sur la page d'accueil wanadoo, il y avait à la une, une formule du genre: "suivez votre vrai moi, ne dites pas oui quand vous avez envie de dire non"
    il y a trente ans, on aurait dit exactement le contraire: "ne dites pas non quand vous avez envie de dire oui" :D

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique