• D'un auteur algérien, journaliste à Africultures, Fayçal Chehat: Hommes perdus au pays du cul du diable.

    L'argument: un homme vieillissant, paralysé des deux jambes a été placé à l'hôpital par sa famille. Il se remémore la vie de ses amis d'enfance.

    Une langue habile qui parvient à raconter des bouts de tragédie avec générosité et délicatesse sans pourtant dissimuler l'ignominie des faits, des histoires d'hommes bien commencées dans la lutte pour la survie en économie trouble, dans la beauté et le courage quotidien, la drôlerie parfois, et finissent broyés par des fonctionnaires grands et petits en plein délire parano et sadique. L'expression "le cul du diable" du titre, désigne un cachot où sera enfermé l'un des copains après avoir réussi à atteindre l'université et à faire son droit mais qui, ensuite, appelé sous les drapeaux, connaît cette fin sinistre à laquelle il est condamné pour des faits qui lui sont étrangers. Un autre, habile voleur, libre et séduisant, pour une histoire de femme que convoite un commissaire, sera enfermé et drogué puis mené en psychiatrie, réduit à la folie.

    Injustice, bêtise, chaos, atrocités, gouvernent l'Algérie décrite dans ce livre. Mais ce qui saisit surtout le lecteur, est ce désespoir fondamental qui hante le récit, cette incapacité résignée à reprendre en main la situation.

    Même la révolte prend des chemins étranges, ainsi Malik, le seul qui s'en sort si l'on peut dire, qui se retourne contre les gouvernants en prônant l'islam est chassé de sa maison après avoir connu tous les pouvoirs; alors il se venge: "Si nous ne pouvons revenir dans nos maisons en triomphateurs, nous jurons devant Dieu, le Miséricordieux que nous mettrons le monde à feu et à sang."

    Il devient un monstre dont on dit qu'il "s'était spécialisé dans le viol, l'égorgement et l'écartèlement des femmes de quinze à soixante-quinze ans" >

    Symboliquement, il est trop tard pour le héros-narrateur: non seulement, il est trop vieux mais il n'a plus l'usage de ses jambes.

    La conclusion est particulièrement édifiante.

    Cet homme, qui fut longtemps mon ami, devenu un monstre de légende, je ne l'ai plus croisé, jr ne sus plus à quoi il ressemblait. Aujourd'hui, seul dans mon sordide corridor, je ne suis pas loin de penser que la disparition de Kader, si tôt (celui qui fut enfermé dans le trou du diable) , l'entrée de Malik dans l'univers de l'ombre, et ma descente aux enfers nous ont sans doute évité un destin encore plus horrible.

    Bref, un livre à lire pour tenter de mieux comprendre.


    votre commentaire
  • Ces temps-ci, je lis des bouquins chinois, des polars chinois plus exactement.

    J'ai vu quelque part qu'en Chine, seulement, les femmes se suicidaient davantage que les hommes. Il faut ici ajouter que pratiquement partout de par le monde les hommes se suicident presque trois fois plus que les femmes.

    Il est bien entendu que les mecs sont des choses fragiles et délicates, il n'y a qu'à regarder leurs couilles pour s'en persuader.

    Sauf en chine, où il apparaît que ce sont les femmes qui sont ainsi réduites à la plus grande des souffrances intérieures qui mène au suicide.

    J'eus cru qu'il en serait ainsi en terre d'Islam où la femme paraît brimée mais non, c'est chez ces rouges-capitalos-bouddhiste-taoistes-confucéens qu'il en est ainsi.

    Effectivement, dans mes books chinois, l'on comprend combien les femmes ont été particulièrement victimes non seulement d'un machisme ancien, pesant et résistant à toutes les révolutions mais aussi de méchancetés autorisées entre femmes frustrées et haineuses, de belle-mère à belle-fille par exemple, et aussi les victimes du déplacement -déportation des années mao, des "jeunes instruits" des villes vers les campagnes afin de recevoir un vrai enseignement de la part des paysans. Les femmes ici y furent particulièrement malmenées et cassées par les gros travaux, les nourritures insuffisantes et l'inconfort. Par dessus tout, les mesures gouvernementales destinées à diminuer le taux de natalité dans un pays trop peuplé ont durement pénalisé les mères de plus d'un enfant, entraînées à des avortements mais aussi parfois à se sauver de leur demeure pour cacher des grossesses non autorisées, entraînant de lourdes amendes et le rejet social.

    Et la préférence parfois criminelle pour les bébés garçons ayant amené les familles à des extrêmités inavouables ou presque.

    Aussi, le triste constat que les villages s'ennorgueillisent de leurs membres ayant eu l'audace de partir du pays pour rejoindre les States car ceux-ci leur envoient un peu d'argent et ce peu leur permet de construire des maisons neuves et équipées.

    Bref pendant longtemps et encore maintenant, il n'est pas facile d'être une chinoise.

    Mais il y a toute la pauvreté qui y est décrite aussi; une pauvreté dont nous ne nous rendons pas toujours compte. Telles les difficultés de logement. Les enfants devenus adultes, mariés, et enfant à charge faisant du salon-cuisine de leurs parents, leur chambre à coucher et à tout faire. La jeune-femme comptable qui dans les années 2000 continue à effectuer ses calculs sur un boulier car elle n'a pas les moyens de s'acheter une calculette.

    Bien que je ne sois pas riche, j'ai comme une honte qui me saisit en lisant cela. 

    Mais ai-je raison en ce qui concerne le boulier chinois ?

    N'est-ce pas une bonne et rapide manière de compter, après tout ?

    Alors je surfe sur le web pour découvrir

    que le plus gros fabriquant de bouliers est taïwanais et vend plus de 200.000 bouliers par an depuis 1961

    qu'un boulier chinois s'appelle Suan pan et qu'il permet les 4 opérations

    qu'un bon boulier doit faire du bruit, clic-clac clic-clac (sans doute pour que le comptable ne s'endorme pas)

    je découvre tout un vocabulaire et surtout les termes de unaire, quinaire, décadaire qui désignent des puissances de 10

    bref, il existe de nombreux sites qui expliquent comment utiliser un boulier qui peut être chinois, japonais ou russe

    je sens que celui-ci a beaucoup d'avenir, finalement, surtout dans un monde où l'énergie fera bientôt défaut


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique