• Fuite

    Dans la salle où tous logeaient, il occupait un angle. Tout au début, il en était heureux. Il avait un toit au-dessus de la tête, une couverture, des compagnons. Mais lorsque jour après jour, il les vit faire cercle devant ses yeux, il se sentit exclu et il s’endormit immédiatement ; il était peut-être 16h à peine. Vers trois heures du matin alors que tous étaient assoupis, il prit ses cliques car il ne pouvait rien faire sans, et partit sans demander son reste, puisque ces gens-là n’avaient pas le sens du partage. Quant aux claques qu’il recevait quotidiennement, il fut content de les abandonner là en espérant qu'il ne tendrait plus jamais la joue, par réflexe.

    Ils mirent du temps à s’apercevoir de son départ. C’est un jour que deux d’entre eux ramenèrent une table à discours récupérée dans une ancienne université, qu’ils constatèrent que le bonhomme n’était plus là pour remplacer le 4e pied qui manquait.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :