•  

    un mois que je n'ai pas écrit ici, problèmes d'ordi, de connec et j'en passe

    auxquels s'ajoute depuis 15 jours, le lancement d'un site sur Béziers comme je voulais le faire auparavant car dans celui-ci j'ai pas mal digressé jusqu'à ne plus me soucier de la ville

    et pourtant, celle-ci m'obsède, parce que j'y suis sans savoir pourquoi et qu'à longueur de journée, je l'entends critiquer: mauvais accueil, chômage, trop de vieillards etc

    pourtant elle occupe un lieu qui m'a toujours paru stratégique, alors je recommence à essayer de comprendre en en dressant l'inventaire et en tentant également d'innover d'un point de vue commercial si c'est possible, et c'est tant pis si cela ne marche pas

    ce n'est pas que j'ai du temps à revendre, bien au contraire mes disponibilités se réduisent comme peau de chagrin mais s'il fallait toujours établir des bilans prévisionnels, planifier et compter ses heures, plus rien ne s'entreprendrait

    aujourd'hui, je reviens sur ce blog sous le prétexte de pousser mon petit cri d'effraie""" /je note ici car l'on m'en a fait la remarque que j'ai volontairement écrit "effraie" et non "orfraie" voulant faire un jeu de mots, les deux étant des noms d'oiseau, l'orfraie du "cri d'orfraie" , un  busard que la Bible considérait comme un oiseau maudit, et "l'effraie" renvoyant à la chouette "effraie" mais aussi au verbe effrayer car elle pousse justement des cris terribles; notons d'ailleurs que l'expression est justement née d'une confusion entre ces deux oiseaux

    Je reviens du Musée Biterrois, autrement dit le Musée régional et je suis un peu irritée car j'ai été fraichement accueillie.

    Pourquoi ?

    Parce que je disposai d'un billet acheté au musée Fayet voici deux dimanches et dont je pensai qu'il m'ouvrait toutes les portes des musées de la ville pour le mois (en fait, au début, nous croyions que c'était pour l'année mais le gardien de la galerie Riquet nous a signalé qu'il pensait que c'était pour le mois. Alors que le prix était de 2,50 l'entrée, j'ai payé 5,50€ pour ce passe-droit, 11€ pour deux puisque j'étais avec mon homme.

    Et voici qu'à l'accueil du Régional, l'employée me regarde mon bout de papier comme un truc bizarre, elle me  dévisage d'un air soupçonneux, me demande où je l'ai acheté et quand je réponds, musée Fayet, ça ne résoud rien car l'accueil de là-bas, au demeurant bon enfant, n'avait pas apposé de tampon. Donc pas de preuve ! De quoi ? on n'en sait trop rien, les billets sont numérotés et fabriqués de ce papier gris qu'on ne trouve guère dans le commerce ordinaire.

    En bref on m'explique péniblement qu'on l'accepte (?) mais qu'il ne faudrait pas y revenir car maintenant, elle m'a mis le tampon, et que si je veux visiter les autres musées, il faudrait me dépêcher. Je demande, si je n'ai pas encore quelques jours devant moi, si je ne dispose pas de ce billet d'entrée pour tout le mois. La dame fait la moue. Bien sûr si je ne peux pas faire autrement, j'ai jusqu'en début mars. Mais alors où est le problème ? je redemande si c'est bien un billet pour le mois ? re-moue de la dame, je n'ai le droit de visiter qu'une fois chaque musée et il vaut mieux que je me rende rapidement voir ceux qui m'intéressent.

    Bon, je n'insiste pas, je fais un tour prolongé des salles, probablement trop long car à certains bruits, je sens que ça va fermer et donc, je me dirige vers la sortie, m'apercevant en même temps qu'il s'est mis à pleuvoir et que même ça crépite depuis un bon moment sans que j'aie vraiment pris conscience. Au moment d'atteindre le hall, une autre dame se précipite vers moi pour me dire qu'elle a été mise au courant pour le ticket. Ah bon ? Elle réitère la question-clé précédente: Où avez-vous acheté ce billet ? Je reréponds. Elle me regarde fixement. "Vous comprenez que vous ne pouvez venir qu'une fois ?" "C'est ce qu'on m'a expliqué, je ne peux pas venir une seconde fois avec ce billet mais est-ce que je peux tout de même visiter les autres ?"

    -Depuis quand est-ce que vous l'avez ?

    - Début février

    - Oui, encore, si c'est depuis février... mais vous ne pouvez plus l'utiliser après fin février, et encore... normalement...enfin vous ne pourrez plus vous en servir après début mars... c'est lesquels où vous voulez aller ? parce que Fabregat il n'est pas bien loin, vous pourrez y aller ces jours...

    etc. un peu plus, on allait me reprocher de ne pas m'être maniée le cul un peu plus pour me faire les musées dans la journée...

    Mais ce n'est pas fini, en arrivant au hall, histoire de dérider, je leur prends une carte postale et je m'exclame en payant: "Dites-donc, comment ça se fait que vous en faites toute une affaire de ce billet ?

    - C'est à dire que vous ne pourrez pas revenir avec.

    - Oui, j'ai compris, ce n'est valable qu'une fois par musée mais j'ai encore les autres à visiter et il faut que je les visite avant la fin du mois.

    - Non, vous ne pouvez pas revenir avec. Remarquez que si vous n'avez pas tout vu, vous pouvez revenir rapidement, pour cinq minutes, parfois on ne voit pas tout. Mais début mars, ça ferait tard...

    Je suis la dérive:

    - En plus j'ai deux billets, donc je peux revenir !

    - ?

    - Au musée Fayet, j'en ai acheté deux, pour moi et pour mon mari qui m'accompagnait...

    la dame souffle, elle n'en peut plus visiblement...

    Elle a envie de partir, sa collègue a déjà passé son manteau. Elle a envie de zapper le sujet maintenant. Elle range sa monnaie. On se dit poliment au-revoir et juste au moment où je viens de lui tourner le dos pour franchir la porte vitrée en faisant la remarque bête qu'il pleut, elle me claironne: "Du 24 février au 28 mars, vous pourrez venir pour la nouvelle exposition sur la vieille ville, c'est gratuit !"

    Je pivote un peu désarçonnée, elle me fixe de nouveau bizarrement !

    et je me dis en avançant sous la pluie: Merde! m'aurait-elle prise pour une sans-logis prise dans un réseau de trafic de faux-billets de musée !!!

    Note: un couple sortait du musée quand je suis entrée et je n'ai vu personne durant toute ma visite qui a duré environ 1h30, sinon entendu quelques voix de jeunes enfants probablement en sortie scolaire et qui semblent avoir passé la fin de leur après-midi assis dans une petite salle.

    Je lis sur le site de la mairie, page musée, que l'entrée sera effectivement gratuite pour l'exposition "dans la limite des places disponibles" !

    Devos serait-il né à Béziers ?

    En attendant rien n'est dit sur le billet que j'ai acheté, libellé "ensemble muséographique" et dont je ne sais toujours pas vraiment à quoi il m'ouvre droit !

    Promis, lundi, je téléphone aux services concernés !


    votre commentaire
  • les clients se sont pointés à presque midi tapant 

    la ville était déserte comme chaque fois qu'il se passe quelque chose, pluie, fête, élections, guerre déclarée à quelques milliers de kilomètres 

    d'une certaine façon, on peut dire que c'est une ville réactive

    peu de courrier sinon des pubs de gens qui veulent que je réserve un domaine à notre nom d'enseigne, bordereau de paiement joint de manière très officielle

    ou nous construire un site à partir de 900€€

    et puis la lettre d'une demandeuse d'emploi courrier qui m'attriste comme chaque fois

    un bac pro secrétariat comme ma fille et une série de petits boulots de service (comme ma fille) qui va des ménages aux inventaires de supermarché, faute de mieux

    tout cela est désolant et je suis navrée que nous ne puissions pas offrir de travail

     

     

     

     


    votre commentaire
  • il fait 8/9° sur mon balcon et il est 8h53, pas encore lavée ni habillée, juste bu mon thé, tout le monde dort chez moi

    ce qui est sûr est que je vais être un peu en retard même en me secouant

    et il est à parier que mes clients en feront autant et que notre magasin sera déserté toute la matinée, tout au moins jusqu'au lever des cigales

    11h ? probablement plus tard encore

    nous devrions instituer des horaires de fête 13h/19h mais alors là nous louperions le déjeuner, ce qui m'eût parfaitement été égal jeune mais qui là m'ennuie

    c'est pourquoi, quoi qu'on en dise, les jeunes sont irremplaçables

    bon, je m'en vais me grouiller

    on ne sait jamais, peut-être que des fêtards qui ne se sont pas encore couchés et viennent juste de finir de bouffer leur after, attendent à notre porche, maudissant notre manque de professionnalisme


    votre commentaire
  • Une bonne nouvelle, le ciné Le Palace au centre ville, a rouvert ! Nous avons de nouveau un cinéma à Béziers où toutes les salles avaient fermé, une à une.


    Il m'a fallu passer dans l'Avenue St Saens, par hasard, pour m'en rendre compte.


    C'est vrai que je ne lis pas les journaux locaux mais quand même !


    Quelques flyers auraient pu le signaler, je suis sûre ne pas être la seule à l'avoir ignoré.


    En tout cas,  c'est un retour attendu mais ce sera peut-être difficile de revenir aux anciennes habitudes. 


    Il faudra que  nous fassions un petit effort pour remplir les salles afin qu'il ne soit pas de nouveau fermé.


    Un truc, pourquoi pas d'abonnement mensuel avec films à gogo ? Cela serait sans doute plus avantageux que de projeter des films dans des salles vides. 


    votre commentaire
  • Je me suis laissée aller, ce matin, après tout, c'était l'armistice, à m'affubler d'un pantalon fraise et d'un pull purée de framboises bien mûres et de chaussures rouge velouté.

    rouge, rouge comme le sang quand il n'est pas versé

    Enfin un peu de couleur quitte à faire tache parmi toutes ses passantes toutes de noir vêtues.

    Ras l'bol du noir, qui redonnera aux femmes, le goût des couleurs fraîches et gaies et des pastels acidulés ?


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique