• Bien sûr, il est rare de tourner en carré, même dans un lieu qui s'y prêterait.

    Tourner en rond

    Le folklore européen indiquait d'ailleurs que le diable et toutes sortes de vilaines choses se terraient dans les coins et recoins.

    Tourner en rond

    Et quand on pense à une place, un lieu de rassemblement, on l'imagine spontanément circulaire. Les Grecs et les Romains l'avaient bien compris.

    Le cercle évoque l'infini mais aussi l'enfermement. Le labyrinthe en est une illustration.

    Ici, le jeu du labyrinthe.

    Tourner en rond

    Ce paradoxe m'attire d'autant plus que l'infini se heurte forcément aux limites de notre imaginaire et que l'enfermement peut-être si profond qu'il touche à l'infini.

    Notre habitat, aussi étroit soit-il, tour à tour nous enferme puis nous libère.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique