• Les festivités de la Saint Aphrodise 2012 ont commencé hier, 25 avril, place du 14 juillet où elles soutenaient des animations réunissant les enfants des Ecoles, sur le thème de la nutrition et du sport.

    Les brochettes de pommes-poires-oranges ont été visiblement appréciées et les animateurs avaient du fruit sur la planche !

     

    Davantage d'informations sur la fête de Saint Aphrodise à Béziers sur mon blog.

    Le programme des festivités à télécharger


    votre commentaire
  • Sur 10 candidats, 3 femmes seulement se présentent au présidentielles 2012, Eva Joly, Europe Ecologie, Nathalie Arthaud, lutte ouvrière, et Marie le Pen, FN.

     

    En France, nous n'avons jamais eu de présidentE de la République.

    Et il y a peu de chances que l'une d'elles arrive au pouvoir. De toute manière, elle n'y resterait pas longtemps !

    La seule première ministre que nous n'avons jamais eu, Edith Cresson, fut rapidement virée sous un prétexte quelconque et n'est restée qu'un an au pouvoir (et encore, pas tout à fait) , de mi-mai 1991 au 21 avril 1992, Wikipedia note que non seulement elle fut la seule femme à atteindre ce poste mais qu'elle fut le ministre le plus éphémère de la Ve République.

    Honte à la France et aux Français !

    Que peut-on attendre d'un tel pays où l'on n'aime les femmes qu'en parade sur les couvertures de magazine ou dans les restaurants ou, au lit ?

    Pourtant depuis des temps immémoriaux, les femmes savent gérer le nid, la maison, l'entreprise. Seules les femmes seraient capables de gérer le pays  en ayant le souci des faibles comme de ceux qui possèdent capacités et compétences.

     

    Pour information :

    Dix femmes exercent la fonction présidentielle dans le monde

    Tarja Hanonen : Finlande (Europe)

    Mary McAleese : Irlande (Europe)

    Doris Leuthard : Suisse (Europe)

    Dalia Grybauskaite : Lituanie (Europe)

    Dilma Roussef : Brésil

    Kristina Kirchner : Argentine

    Laura Chinchilla : Costa Rica

    Roza Otounbaïeva : Kirghistan

    Pratibha Patil : Inde

    Ellen Johnson Sirleaf : Liberia

    Il faut ajouter 7 femmes, jouant un rôle politique important dont la chancelière allemande Angela Merkel, considérée comme "la femme la plus importante de la planète" (magazine Forbes)

    Julia Gillard : 1er ministre Australie

    les autres femmes ministres en cours de publication


    votre commentaire
  • Une fois, n'est pas coutume : aujourd'hui, je répercute un bout d'actualité qui date déjà de deux ans.

    Le 20 octobre 2010, le Monde publiait que la France arrivait au 44e rang en ce qui concernait la liberté de presse.

    M'est avis que c'est pire encore aujourd'hui...

    Vous la voulez comment, la muselière,  en métal ou en cuir ?

    La grillagée me plaît bien, pour son côté expressionniste !


    votre commentaire
  • Quelques photos de notre deuxième déjeuner de dames (auquel fut convié un homme).

    La scène était occupée par Dominique qui nous faisait un show, le rire était à son comble et les assiettes bien remplies. Que demander mieux ?


    votre commentaire
  • La photo tirée du film montre deux protagonistes de l'histoire, Ronny le lycéen sauvage et introverti et Marek, le Polonais, travaillant à la piscine. Merci Allociné.

    Un film à voir sur le thème de l'adolescence et plus largement sur la difficulté de vivre et d'aimer : Klassenfahrt de Henner Winkler dont les spécialistes disent qu'il fait partie de la nouvelle vague du cinéma allemand.

    Une classe de lycéens berlinois accompagnés de leur prof, débarquent dans un hôtel polonais, au bord de la Baltique. Le décor est planté, gris et pâle, tout au long des plages désertes. Les jeunes gens obéissent à leurs obligations scolairement touristiques, patiemment, attendant la fin de la journée pour boire, fumer, et draguer un peu. L'un d'eux, Rody, se tient davantage à l'écart et se lie à l'une de ses jeunes camarades, hésitant à franchir le pas, tandis que celle-ci, hésite entre lui et un beau Polonais, un peu plus grand, un peu plus fort que le lycéen. Le drame se noue là, dans une apparente indifférence, avec ciel et mer pour seuls témoins.

    Les caractères sont décrits dans toute leur complexité, jouant de l'instinct biologique âpre et vif et des hésitations, des sentiments confus de jeunes adultes qui n'en finissent plus de se perdre et dont on finit par penser qu'ils peineront à se trouver s'ils y parviennent. 

    Le metteur en scène Henner Winkler est un type doué dont on voit qu'il laisse la place à une certaine improvisation tout en maintenant la trame.

    L'histoire est très crédible comme ses personnages, mettant à jour des pulsions essentielles, tout en brodant sur l'incertain et le non-dit, la difficulté du choix, l"incertitude face à la direction à prendre et le défaut de motivation qui en découle.

    Le film pourrait facilement conclure sur un suicide mais ce serait déjà un cliché. Winkler l'évite et fait plus fort en mettant en scène la mort de l'autre et la stupidité de la cause comme de la conséquence.

    Ce n'est certes pas le genre d'oeuvre que je regarderais tous les jours, un peu trop nihiliste pour moi. Mais c'est un beau film, intelligent et bien fait, donc à visionner.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires